REPÉRER LES VOLEURS ET SUIVRE LES PRIX DU MARCHÉ

Plus d’un million d’agriculteurs ont subi des pertes indirectes, notamment des dégâts aux cultures provoqués par des intrus. Les vols de cultures et de bétail sont estimés à 5 milliards de dollars jamaïquains (43 millions) chaque année. En réaction, les agriculteurs engagent des vigiles ou utilisent des chiens de garde dressés. Le gouvernement a durci les peines et instauré un système de traçabilité afin de suivre les mouvements des denrées alimentaires et des animaux. Toutefois, ces mesures ne peuvent être prises qu’une fois le vol commis et de nombreux producteurs exaspérés se découragent et n’investissent plus dans leurs activités ou abandonnent complètement l’agriculture. Aujourd’hui, il est possible d’être prévoyant en mettant en place des méthodes qui vont permettre de déclencher une sorte d’alerte afin de sauver nos cultures.

 Alertes par téléphone mobile

La technologie peut apporter des solutions. Un système d’alerte pour clôture électronique laser est une de ces innovations. Cette clôture laser invisible est installée autour d’une propriété et déclenche des messages SMS ou des appels vocaux vers des téléphones mobiles lorsqu’un intrus la franchit. Invisible à l’œil nu, elle est indétectable par les personnes à l’extérieur de la propriété et elle utilise un moyen à la fois familier et largement disponible. Aujourd’hui, près des deux tiers de la population ont accès à un téléphone mobile.

Les téléphones mobiles pourraient également contribuer à résoudre un autre problème crucial pour les agriculteurs jamaïquains : les mauvaises informations sur le marché et les contacts inadéquats entre producteurs et acheteurs. Une base de données d’informations par SMS (SMS ID) mettrait en contact les deux parties et permettrait, d’une part, aux agriculteurs de communiquer le prix de leurs produits par SMS ou par appel vocal et, d’autre part, aux détaillants, intermédiaires ou consommateurs de s’informer des prix les plus bas de différents produits, en utilisant ce même système tout simple. Par exemple, l’agriculteur Leslie pourrait envoyer un SMS avec le prix de ses produits cette semaine-là : patates douces 100 $ ou carottes 50 $. De leur côté, les acheteurs pourraient s’informer des prix en tapant le nom du produit et une gamme de prix donnée : carottes minimums $ ou pommes de terre prix moyen $ ? Un autre acheteur pourrait demander : qui a des carottes au prix minimum de x$ ? Et la réponse lui parviendrait rapidement : l’agriculteur Leslie a des carottes au prix le plus bas de 10 $. En utilisant la SMS ID, les agriculteurs n’ignoreraient plus jamais les prix du marché. (Lire la suite)

 Permettre le plein développement des nouvelles technologies dans l’agriculture

 

Agriculture numérique

Les données : nouvelles connaissances et nouveaux services

Comme toute l’économie, l’agriculture entre dans l’ère du numérique. La conjonction du développement des technologies d’acquisition massive de données, des capacités de stockage et de traitement informatiques, embarquées ou déportées (supers calculateurs accessibles par des réseaux de communication très haut débit) crée un nouveau gisement de données, le « Big Data  » agricole, et rend possible la création de nouvelles connaissances, de nouveaux services et outils d’aide à la décision (OAD) qui améliorent la précision et la pertinence des interventions ou des choix stratégiques des professionnels de l’agriculture. L’acquisition et la mise à disposition de données, vues comme indispensables, sont des atouts majeurs face aux nouveaux défis mondiaux de l’agriculture, de l’alimentation et de l’environnement.

L’agriculture d’aujourd’hui et de demain doit produire autant voire plus et mieux, en étant triplement performante [Éco]. Ces évolutions contribueront directement au projet agro-écologique. En conséquence, les acteurs agricoles vont faire de plus en plus face à des objectifs multiples. Cette situation de prise de décision complexe nécessite la conception et le déploiement de nouveaux outils intégratifs basés sur les apports du numérique.

Cette évolution est de niveau stratégique pour la France : sont en jeu la balance commerciale du secteur agricole (en péril sur certaines productions) et celle du secteur des agroéquipements [Rob] (déficitaire). De plus, la France risquant de dépendre pour sa production agricole, de données et services étrangers, la question de la souveraineté nationale économique, agricole et alimentaire est posée (1). Par ailleurs, ce domaine constitue un marché émergent significatif pour les PME et start-up françaises et pour les opérateurs, grands et petits, positionnés sur les réseaux de communication sans fil et les objets connectés, un potentiel important pour le renouveau industriel de la France. Les innovations technologiques et organisationnelles de « l’e-agriculture » bouleverseront ainsi, la production agricole proprement dite, l’ensemble des produits et services à l’agriculture, voire les relations entre acteurs.

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Bienvenue sur AGRIGABON!

Ouvrez gratuitement un compte sur la plateforme AGRI-GABON pour obtenir un accès aisé à de nombreuses informations, produits et services :
• Des outils d’échanges et d’interaction ;
• Une tribune de visibilité au niveau national et international ;
• Une tribune d’exposition de vos produits et services ;
• Des conseils et un accompagnement pour soutenir votre développement ;
• Les cours des produits agricoles au quotidien sur les marches ;
• Les informations, actualités et tendances du secteur ;
• Les opportunités d’emploi et d’affaires ;
• Les prévisions météo sur votre région.

 

Nous Contacter
close slider

Réinitialiser le mot de passe
Comparer articles
  • Total (0)
Comparer